Un luxe durable

Simon Eberhard /

Le nouveau complexe hôtelier spectaculaire du Bürgenstock offre une vue fantastique sur le lac des Quatre-Cantons. Son eau est en même temps au cœur d’un concept énergétique.

La nuit dans une suite de luxe du nouvel hôtel Bürgenstock coûte jusqu’à 20 000 francs suisses. A ce prix, James Bond lui-même doit se poser des questions; l’hôtel Palace récemment rénové était un peu moins cher lorsque 007 y logea en 1964. Pendant le tournage des scènes suisses de «Goldfinger», l’équipe du film y a résidé avec l’acteur principal Sean Connery et a également tourné quelques scènes sur place. Plus de cinquante ans plus tard, le Bürgenstock est prêt pour de nouveaux invités illustres, ceci suite à une longue phase de construction. L’hôtel rouvrira à l’automne 2017. Les invités n’auront jamais aucun problème dans les trente bâtiments différents, qui s’étendent sur une superficie d’environ 80 000 mètres carrés. Outre quatre hôtels avec plus de 800 lits et 68 appartements de luxe, le complexe comprend deux courts de tennis, un cinéma, un spa de 10 000 mètres carrés, une salle de bal pour 500 personnes, un terrain de golf et une patinoire, sans oublier un total de douze restaurants et bars.

Un lieu historique
«Pendant vos deux semaines de vacances, vous pouvez manger chaque jour dans un endroit différent», explique Roland Wyrsch avec un petit sourire. Le responsable de la gestion du projet de Bürgenstock Resort AG travaille dans un lieu historique: l’ancien hôtel fut construit à la fin du XIXe siècle par Franz-Josef Bucher-Durrer, propriétaire d’une usine de parquet, qui voulait augmenter le chiffre d’affaires de son entreprise.
L’emplacement prestigieux au-dessus du lac des Quatre-Cantons et de l’ascenseur spectaculaire du Hammetschwand construit peu de temps après ont attiré d’illustres visiteurs venant de la politique et du show-business. Au cours des cent dernières années, Charlie Chaplin et Sofia Loren sont descendus à l’hôtel Bürgenstock en plus de James Bond; Audrey Hepburn s’y est même mariée. Après plusieurs changements de propriétaires, Katara Hospitality – une filiale de Qatar Investment Authority – a investi environ 550 millions de francs pour construire un complexe hôtelier moderne à partir de l’ancien bâtiment.
«L’ancien hôtel avait été conçu uniquement pour l’été», explique Roland Wyrsch. «En conséquence, il était mal isolé.» Le nouveau concept permet désormais une exploitation toute l’année. Le nouveau bâtiment comprend 165 000 mètres cubes de calcaire local. Sur la façade, au lieu de béton, des gabions ont été placés et constituent un habitat pour la flore et la faune. Dans les forêts voisines, 4360 mètres carrés d’essences mixtes ont été plantés. L’utilisation des ressources locales a également épargné l’environnement. «Nous avons pu éviter environ 18 000 trajets en camion, grâce à l’utilisation de notre propre matériel d’excavation», déclare Roland Wyrsch non sans une certaine fierté.

...