Le toit vert énergétique est la combinaison optimale de l’utilisation de l’énergie solaire et de la végétation sur les surfaces du toit

Un élément important pour le redressement énergétique: le toit vert énergétique

Fritz Wassmann-Takigawa /

L’enthousiasme des experts en solaires sur la combinaison photovoltaïque et toit vert a été jusqu’à présent très mitigé. Une mauvaise planification, des exécutions imprudentes et des soins inadéquats ont parfois conduit à des conflits. Et, encore maintenant, des toits verts sont démontés au profit de nouveaux systèmes photovoltaïques, car ils rapporteront de l’argent à court terme grâce au tarif de rachat. Cela ne devrait pas se passer ainsi, puisque le toit vert énergétique connaît un développement rapide et offre aujourd’hui une combinaison favorable d’énergie et de végétation.

Le toit vert énergétique est la combi-
naison de l’énergie solaire et de la végétation pour une utilisation optimale des surfaces de toit avec ses synergies. Cette combinaison est possible et avantageuse dans le cas de modules obliques ou verticaux supportés par des toits plats. Sur les toits inclinés, cependant, comme dans le cas de modules montés en angle horizontal ou plat, cette méthode n’est pas possible. En tant que compromis, la combinaison offre différentes surfaces de toits: zones avec végétation, mais sans PV – ou vice versa. Lorsque des modules PV sont utilisés comme couverture de toit, par exemple sur les pavillons, un lien avec les plantes est également possible et il est généralement significatif.

Réagir intelligemment aux défis
Toute une série de développements problématiques nous interpellent et exigent des solutions intelligentes: le changement climatique mondial avec une part plus importante de conditions météorologiques extrêmes, des sécheresses, des incendies, des inondations ou autres glissements de terrain, sans compter les morts qui y sont associés, le flux de réfugiés et, sur le long terme, des conflits difficilement solubles. Dans les agglomérations, il y a l’effet d’îlot de chaleur urbain (urban heat island effect), effet qui a été récemment étudié à l’ETH, ceci pour la ville de Zurich. Il a été constaté que les températures, dans les centres-villes, sont jusqu’à 6 degrés plus élevées que dans la région environnante. La perte d’habitat due à la surexploitation et la réduction de la biodiversité par l’interaction d’autres facteurs complexes se poursuivent. 36 % de nos espèces végétales et animales sont de plus en plus menacées, ceci à des degrés divers. La qualité de l’air est généralement mauvaise, en particulier dans les zones urbaines, et dépasse régulièrement les limites légales. Le résultat est que seulement en Suisse, on peut compter plusieurs milliers de morts chaque année.
Conclusion: si nous voulons maintenir sur notre planète des conditions de vie d’une manière tolérable déjà pour nous et pour les générations à venir, nous devons changer beaucoup de choses rapidement. Une production d’énergie efficace, 100 % renouvelable, décentralisée, en réseau et proche du citoyen est «l’un des projets de modernisation les plus importants de notre société». A cet égard, le toit vert énergétique peut apporter une contribution significative.

...