Rénovation des bâtiments

Plus de fougue pour les rénovations énergétiques

Paolo D’Avino /

En Suisse, le taux de rénovation annuelle des bâtiments reste à un niveau bas. Les systèmes d’incitation peuvent aider. Ils prévoient un rythme accru de rénovation pour le renouvellement des biens fonciers, et le charme de l’ancien.

Tous ceux qui vivent dans un bâtiment historique sont conscients du charme d’un immeuble ancien. Les appartements dans les anciens bâtiments sont en forte demande, les vieilles maisons véhiculent un chic particulier et elles sont rares, en particulier dans les zones urbaines. Mais les inconvénients avec les bâtiments anciens, c’est qu’ils parlent un tout autre langage au fil des ans, pas seulement avec la facture du chauffage. L’efficacité d’une rénovation énergétique complète, en tenant compte d’autres mesures spécifiques individuelles, peut fournir une parade intéressante. Si l’on prend le rapport des ingénieurs et architectes suisses (SIA), une référence depuis des années, le taux de rénovation reste à un niveau bas. La SIA écrit sur son site web: «Avec le taux de rénovation énergétique de 0,9 %, il faut plus de 100 ans avant que le bâtiment n’atteigne un standard durable à long terme.» Et selon la société, c’est beaucoup trop peu pour accélérer la modernisation du parc immobilier. Il faut entre autres et selon la SIA plus de connaissances sur la performance énergétique des bâtiments. Cela manque au niveau des propriétaires ainsi que des entrepreneurs, des concepteurs et des artisans.


Le programme Bâtiment
Roger Nufer, spécialiste en bâtiment à l’Office fédéral de l’énergie OFEN, ne veut pas commenter plus avant le taux de la SIA; il pense que les nombreux obstacles qui mènent à un carnet définitif de commandes de rénovation devraient être démantelés. Des systèmes d’incitation pourraient accélérer le processus pour atteindre l’accès aux énergies renouvelables. Depuis 2010, le programme Bâtiment motive les propriétaires et apporte une contribution concrète à l’efficacité énergétique et à la protection du climat. Selon le rapport annuel 2015, sur une durée de six ans, le programme a versé en subvention totale environ 1,2 milliard de francs suisses. Les économies faites sur la durée des mesures subventionnées: près de 19 millions de tonnes de CO2 sont évitées et environ 94 000 gigawattheures d’énergie sont économisés.
«Le programme montre son impact», dit R. Nufer, et il a ajouté: «Le programme de construction est un instrument important de la politique énergétique et climatique pour la réalisation des objectifs climatiques dans les bâtiments. Au cours des années 2010–2014, le financement a permis de restaurer environ 17 millions de mètres carrés de composants constituant l’enveloppe du bâtiment; près de 5000 chauffages au bois, quelque 30 000 capteurs solaires et 8500 pompes à chaleur ont été installés.» Il ajoute que près de 1400 rénovations totales effectuées et près de 4600 bâtiments ont été raccordés à un réseau de chauffage pour l’utilisation de l’énergie du bois et de la chaleur résiduelle. Tout en se reposant sur le rapport du Conseil fédéral de mars 2016, il poursuit: «Voilà l’efficacité des subventions pour réduire les émissions de CO2 dans les bâtiments, ceci conformément à l’article 34 de la loi sur le CO2.»

...