«Chauffer moderne»

Maisons restaurées = réductions de CO2

Consommation d’énergie des bâtiments selon l’année de construction. (Source: AWEL)
/

Grâce à des mesures d’assainissement drastiques de l’enveloppe et à une technique du bâtiment adaptée, il est possible d’économiser jusqu’à 80 % de consommation d’énergie sur un ancien bien immobilier. Ceci indépendamment du type d’énergie. Plutôt que de démonter sans réfléchir son vieux chauffage au mazout, il est plus judicieux d’investir dans l’isolation et la technique du bâtiment.

Pour Filippo Leutenegger, le doute n’est pas permis: «Le plus grand potentiel d’économie d’énergie est à rechercher dans le secteur du bâtiment.» Le conseiller national PLR, également membre de la commission de l’énergie, en est convaincu: «Si nous mettons en application d’ici à 2040 le modèle de prescriptions énergétiques des cantons pour les nouveaux et anciens bâtiments, l’ensemble du parc immobilier suisse serait sérieusement rénové et les émissions de CO2 réduites de trois millions de tonnes par année.» Ancien président de l’association GebäudeKlima Schweiz (GKS), Filippo Leutenegger a déposé il y a trois ans une motion dans ce sens intitulée «Efficience énergétique des bâtiments jusqu’en 2040». Avec 57 % de non, cette dernière a été rejetée par le Parlement lors de sa session de printemps 2012.
Pas de quoi faire renoncer Filippo Leutenegger, qui cite volontiers une statistique du «Bureau zurichois pour les déchets, l’eau et l’énergie» (AWEL). Le graphique de l’AWEL (voir ci-dessous) présente le profil énergétique actuel d’environ deux millions de biens immobiliers dans toute la Suisse. On y découvre les chiffres indiquant le gaspillage d’énergie des nouveaux bâtiments depuis 1900. Jusqu’à la fin des années 70, les nouvelles constructions consommaient environ 200 kW/h d’énergie par année par m2. Les fameuses «maisons de 20 litres». Au cours des 40 dernières années, ces valeurs ont sensiblement diminué, en raison des progrès réalisés dans la construction et la technique de chauffage. Aujourd’hui, la moyenne se situe aux alentours de 60 kW/h. D’ici à 2050, l’AWEL table sur une consommation de 30 à 40 kW/h pour les nouveaux bâtiments.

Bâtiments anciens – assainir l’enveloppe sans changer de chauffage
Au cœur du problème, les anciens biens immobiliers qui n’ont jamais ou rarement été restaurés. Dans sa motion, Filippo Leutenegger reprend le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MoPEC) qui permettrait de ramener la consommation d’énergie pour les anciens bâtiments à un plafond de 80–90 kW/h. Beaucoup de ces bâtiments ont été construits bien avant 1990. Un large spectre qui laisse entrevoir un énorme potentiel d’économies d’énergie, en procédant à des assainissements ciblés. «Grâce à un assainissement drastique de l’enveloppe et à une technique du bâtiment moderne, on peut réduire de 70 à 80 % la consommation d’énergie.» Que la maison bénéficie d’un chauffage au mazout, à gaz ou autre...
Selon les estimations de GebaüdeKlima Schweiz, une maison de 20 litres peut facilement être convertie en maison de 5 litres, grâce à une meilleure isolation et une technique du bâtiment adaptée. 75 % en moins de consommation d’énergie, 75 % en moins d’émissions de CO2 – c’est possible aussi avec un chauffage au mazout. En outre, il faut prendre en compte les constantes améliorations de la qualité du mazout et des progrès enregistrés dans les chaudières (technique de condensation) qui permettront eux aussi de faire baisser de 20 à 30 % la consommation d’énergie, ceci sans prendre en compte un éventuel assainissement.
On retrouve au côté de Filippo Leutenegger d’autres politiciens sensibles à cette problématique énergétique: consommer moins de mazout est souhaitable, mais démonter et remplacer de vieux systèmes de chauffage n’est pas toujours la meilleure solution. «Nous devons optimiser l’efficience du chauffage au mazout et des autres types de chauffage. Un objectif plus facile à atteindre grâce à un assainissement et une isolation de l’enveloppe réalisés de manière professionnelle.» Pour toutes ces raisons, Filippo Leutenegger et ses collègues vont continuer de se battre. Egalement sur le terrain politique.

www.mazout.ch