Meilleure qualité de vie, faible consommation d’énergie

De l’air frais et sain dans les logements

L’aération assure un apport d’air frais 24 heures sur 24 dans le logement.(Photos: Béatrice Devènes)
L’aération assure un apport d’air frais 24 heures sur 24 dans le logement (Photos: Béatrice Devènes)
Les plantes d’appartement peuvent contribuer à augmenter l’humidité de l’air.
Les plantes d’appartement peuvent contribuer à augmenter l’humidité de l’air.
L’air «usé» est extrait par des conduites d’évacuation d’air.
L’air «usé» est extrait par des conduites d’évacuation d’air.
L’air frais filtré pénètre dans les locaux par des bouches d’air.
L’air frais filtré pénètre dans les locaux par des bouches d’air.
En dépit de préjugés tenaces, il n’est pas du tout interdit d’ouvrir les fenêtres dans les maisons Minergie!
En dépit de préjugés tenaces, il n’est pas du tout interdit d’ouvrir les fenêtres dans les maisons Minergie!
/

L’aération du logement par injection et extraction automatique de l’air constitue une des caractéristiques centrales de presque tous les bâtiments Minergie. Elle assure un apport d’air frais permanent, même avec les fenêtres fermées. Bien que ce système ait fait ses preuves dans des milliers de bâtiments depuis de nombreuses années, il est régulièrement critiqué. Les raisons mentionnées sont souvent en relation avec des erreurs de construction ou de planification, ou sont associées à de mauvaises expériences faites avec des installations de climatisation dans des locaux commerciaux.

Il existe des bâtiments Minergie depuis plus de 15 ans déjà. Un des préjugés de la première heure est particulièrementtenace: le renouvellement de l’air interdirait d’ouvrir les fenêtres dans une maison Minergie, un commentaire régulièrement entendu. Certains croient même que les maisons Minergie doivent être munies de fenêtres fixes. Le renouvellement automatique de l’air, dénommé aération douce, aurait tous les défauts: il engendrerait de l’air sec dans le bâtiment, des courants d’air, des nuisances sonores, et favoriserait la présence de bactéries et de parasites dans la maison. Qu’en est-il de ces préjugés et pourquoi résistent-ils autant malgré un standard technique élevé et de très nombreuses expériences positives en la matière?

L’air frais doit provenir de l’extérieur

Pour expliquer ce concept, examinons tout d’abord la longue tradition de l’aération par les fenêtres. Depuis que les fenêtres existent, on les ouvre pour faire venir de l’air frais dans le logement et évacuer l’air «usé», mauvaises odeurs comprises. L’idée d’amener de l’air frais non pas par les fenêtres mais par les conduites d’un système d’aération est aux yeux de nombreuses personnes étrange voire suspecte. Elles ne peuvent pas s’imaginer dormir fenêtres fermées et ne voient donc aucun avantage dans une installation d’aération automatique. Une maison avec des fenêtres fermées procure à certains un sentiment d’enfermement, mais l’expérience montre que la plupart des habitants de logements équipés d’un système d’aération douce s’y habituent très vite et, passé le scepticisme initial, «oublient» d’ouvrir les fenêtres avant d’aller dormir. En effet, ils se rendent compte qu’ils disposent d’air frais en permanence dans les chambres, le calme en prime: dans des endroits très bruyants, l’aération douce est un véritable bienfait. Les gens allergiques aux pollens et aux piqûres d’insectes en ressentent eux aussi les avantages. De plus, en hiver, l’aération douce permet de ne pas refroidir les locaux, de se lever le matin par des températures agréables et d’économiser une précieuse chaleur de chauffage.

Contrairement aux rumeurs, Minergie ne recommande en aucun cas d’installer des fenêtres fixes. Les fenêtres ouvrables exercent en effet une fonction importante, particulièrement en été: en les ouvrant durant la nuit (par ex. ouverture d’imposte des fenêtres aux étages supérieurs), la chaleur emmagasinée durant les chaudes journées d’été peut être évacuée. S’il s’avère impossible de laisser les fenêtres ouvertes pour des raisons de sécurité ou à des endroits spécialement poussiéreux ou bruyants, le logement peut être rafraîchi par passive cooling. Ce procédé est très simple et requiert un minimum d’énergie.

Le durcissement des prescriptions enmatière de construction en vue d’une meilleure efficacité énergétique et d’une baisse des nuisances sonores a entraîné une bien meilleure isolation des bâti-ments par rapport au passé. Une maison moderne garde la chaleur en hiver, mais aussi l’humidité. Que doit faire une personne qui se dépêche de partir au travail après la douche matinale? Si elle laisse la fenêtre ouverte, le local perdra de sa chaleur; si elle la laisse fermée, des moisissures apparaîtront à moyen terme. L’aération manuelle n’est donc presque jamais la bonne solution.

Meilleures conditions d’hygiène grâce à l’aération douce

Les ventilateurs d’extraction sont connus depuis fort longtemps dans la cuisine et la salle de bain; ils sont généralement connectés aux interrupteurs de lumière. L’air aspiré est compensé par de l’air provenant de petites ouvertures sous les fenêtres du salon ou des chambres. Cependant, ce système cesse déjà de fonctionner même par faible vent, car celui-ci crée plus de pression que le ventilateur d’extraction, apporte trop d’air dans certaines chambres et au contraire l’aspire sur l’autre côté de la maison. Certaines pièces reçoivent donc trop d’air et d’autres pas assez. Lorsque le vent souffle ou que la hotte de cuisine est actionnée, l’air pénètre dans le logement par les conduites d’évacuation des salles de bain, même lorsque le ventilateur est en marche, car le vent et/ou la hotte sont plus puissants que le ventilateur. L’aération douce ne souffre pas de ce problème, car un ventilateur propulse de l’air frais dans les chambres et en contrôle la quantité.Il n’y a donc plus de dépendance au vent. En outre l’aération douce offre des conditions d’hygiène bien meilleures que les installations d’extraction d’air. En général l’aération douce fonctionne en permanence et propulse de l’air frais dans les chambres par des conduites ne servant qu’à cela, tandis que l’air extrait de la salle de bain et de la cuisine est aspiré par d’autres conduites souvent encrassées, car rarement nettoyées. L’évacuation d’air élimine également les mauvaises odeurs et les polluants des locaux, y compris le CO2.

Humidité de l’air: quel taux est-il souhaitable?

Aération douce et climatisation sont fréquemment confondues, mais il existe des différences fondamentales: tandis que les installations de climatisation, tombées en discrédit en raison du syndrome des bâtiments malsains, font recirculer l’air plusieurs fois, le système d’aération douce évacue l’air extrait de la cuisine et de la salle de bain vers l’extérieur. La climatisation humidifie en outre l’air pulsé, au contraire des installations d’aération qui se contentent de distribuer l’air extérieur filtré. On arrive ainsi à la critique la plus fréquente à l’encontre de l’aération douce: l’air est trop sec. Les détracteurs de l’aération douce oublient cependant souvent de dire que dans des bâtiments aérés correctement, l’air y est trop sec en hiver, avec ou sans installation d’aération automatique. Cet inconvénient est lié aux caractéristiques physiques de l’air, qui peut absorber davantage d’eau par haute température que par basse température. Les personnes qui aèrent en ouvrant les fenêtres en hiver font elles aussi diminuerautomatiquement le taux d’humidité à l’intérieur. Pour augmenter celui-ci, il convient d’installer des humidificateurs.

Pour un climat d’intérieur sain et confortable, l’Office fédéral de la santé recommande un taux d’humidité de l’air compris entre 30 et 50%. «De l’air trop sec» est cependant souvent une question de perception: l’être humain n’est pas en mesure de distinguer entre 30, 40 et 50% d’humidité relative. La sensation de sécheresse est également liée à la présence de poussières et de substances irritantes, car l’air poussiéreux dessèche la peau et les muqueuses plus rapidement que l’air pur, entraînant parfois des irritations.

A partir d’une humidité relative de 50%, les acariens se multiplient. Ces minuscules araignées, présentes dans tous les logements, se nourrissent entre autres des squames de la peau humaine et animale. Les acariens vivent dans les lits, les meubles rembourrés et les tapis, de même que dans les cages des animaux. Ils sont inoffensifs et ne transmettent pas de maladies, mais leurs déjections contiennent des allergènes importants. Environ 9% de la population adulte et 12% des enfants y sont déjà sensibilisés et peuvent en conséquence développer une réaction allergique. Lorsque l’humidité baisse à 45%, les acariens ne peuvent plus se reproduire.

Les moisissures aiment elles aussi l’air humide: avec une humidité relative de50 à 60% durant plusieurs jours ou semaines, des moisissures peuvent se développer sur les parois externes ou à d’autres endroits frais.

Problèmes d’aération dusà des erreurs de planificationet de construction

La qualité de l’aération douce dépend de sa planification, sa construction et son entretien. Des installations de trop grande taille, un tracé lacunaire ou erroné du flux d’air à travers le logement, un mauvais emplacement des bouches d’entrée et de sortie d’air, des conduites endommagées ou obstruées durant la construction ou encore un entretien insuffisant (par exemple omission de changer lesfiltres régulièrement) entraînent desproblèmes d’exploitation. Les erreursde planification ou de construction, de même qu’une maintenance insuffisante n’ont rien à voir avec l’aération douceou avec les labels Minergie. Une installation d’aération douce correctement conçue, construite et entretenue, assure un apport d’air frais permanent dans le bâtiment – silencieux, sans courant d’air, sans mauvaises odeurs et sans sécheresse excessive. Elle augmente le confortd’habitation et contribue au bien-être des habitants.

Cinq conseils pour augmenterle taux d’humidité de l’air

Lorsque le taux d’humidité de l’air dans la pièce est inférieur à 30%, les mesures suivantes contribuent à l’augmenter:

•Réduction de l’apport d’air extérieur en hiver.

•Diminution de la température ambiante. Un abaissement de la température de 25 à 20°C augmente l’humidité d’environ 10%, par ex. de 30 à 40%.

•Ouvrir la porte de la salle de bain après la douche pour répartir l’humidité dans le logement.

•Placer davantage de plantes d’apparte-ment, par exemple les plantes papyrus, hydrophiles.

•Remplacer l’échangeur thermique dans l’appareil d’aération par un échangeur d’humidité, qui outre la chaleur, transmet 60% de l’humidité de l’air extrait à l’air pulsé.