Connecté de façon hermétique

Paolo D’Avino /

L’habitat, c’est vivre en numérique et en réseau. Smart home est le mot-clé pour cela. La question clé est: quelles sont les conditions préalables pour qu’un bâtiment normal devienne une maison intelligente (smart home)?

«Si nous ne parlons pas d’une chose, elle n’a pas eu lieu. C’est seulement lorsque nous l’habillons avec des mots que nous lui donnons un sens.» Ce bon mot de l’écrivain irlandais Oscar Wilde est un point de départ. Même si l’on parle de bâtiments intelligents, les réalités ou les opinions, qui doivent être comprises, sont bien éloignées les unes des autres. Certains se réfèrent à la gestion énergétique d’un bâtiment qui livre en autarcie la chaleur et l’électricité nécessaire aux habitantes et aux habitants et aux influences extérieures. D’autres se lient à la notion «Internet of Things», où des choses et des appareils, dans des fréquences de données toujours plus rapides et plus élevées, peuvent être combinées. D’autres, quand ils parlent de smart home, ont à l’esprit l’automatisation du bâtiment ou la technologie de contrôle du bâtiment. Aujourd’hui, chaque fois qu’on parle de smart home, les points de vue et les opinions divergent quant à ce que l’on entend par ce terme. Mais qu’est-ce qui rend une maison intelligente? Quand un bâtiment deviendra-t-il smart home?

Utilisation via des applis
Pour René Senn, responsable du groupe de travail «habiter intelligemment» de l’Association «Initiative réseau bâtiment» (GNI) et directeur général de Beratungsunternehmens Raum Consulting, une maison ou un appartement est intelligent quand ils sont équipés et mis en réseau avec les technologies électroniques actuelles, disponibles sur le marché. Est-ce que c’est si simple? «Dès qu’il n’y a plus de technologie conventionnelle installée qui n’est pas en réseau, c’est une maison intelligente. La beauté de cela, ajoute R. Senn, est que tout le monde peut imaginer quelque chose.» «Je suis sûr que smart home est maintenant un terme pour le monde professionnel. La technologie est multifacettes, de sorte que tout peut être aussi intelligent à qui le souhaite.» Pour certains, c’est le multimédia, pour d’autres les économies d’énergie et pour d’autres encore, ce qui commande l’éclairage et les stores. «Une maison intelligente est donc une maison complètement normale qui n’a pas été équipée d’une technologie mûre pour le musée.» C’est surtout l’industrie de l’automatisation des bâtiments qui a contrôlé, surveillé et coordonné les bâtiments depuis plus de 20 ans, elle a coordonné la définition «smart home». Plus tard, en 2000, c’est le projet Futurlife à Hünenberg en Suisse, qui a été la première maison intelligente compatible avec les médias. Il comprenait déjà une automatisation étendue du bâtiment selon le critère KNX. «Une automatisation moderne du bâtiment est indispensable si vous voulez économiser de l’énergie dans une construction, réduire les coûts d’exploitation et augmenter le confort des habitants», déclare Pierre Schoeffel, directeur général d’«initiative réseau bâtiment» (GNI). «Effectivement, des appartements intelligents en réseau, ce n’est rien de nouveau», explique P. Schoeffel, pourtant il y a quelque chose de nouveau derrière le terme smart home. C’est l’idée de la connexion au smartphone et au fonctionnement de l’appartement au moyen d’une application.

...