Brique fabriquée par imprimante

Antonio Suárez /

En coopération avec les étudiants de deux universités, un réseau d’entreprises allemandes de briques développe des formes géométriques de briques innovantes en utilisant des techniques de fabrication additive. L’impression 3D est destinée à permettre de nouvelles formes de conception pour les matériaux de construction traditionnels et à élargir les perspectives architecturales dans la construction de façades.

L’industrie allemande de la construction est actuellement très stable. Le marché a connu une croissance moyenne de trois pour cent au cours des dernières années. La briqueterie en profite également. Le deuxième acteur le plus important du marché, avec une part de marché de 23 %, est le Groupe Unipor basé à Munich, un consortium de huit entreprises de taille moyenne avec treize sites de production. Au cours de l’exercice 2018, le groupe a vendu un total de 584 millions de briques de parement en format standard. La vigueur du secteur de la construction lui a permis de réaliser un chiffre d’affaires de près de 110 millions d’euros, soit une hausse de 4,9 %.
Au cours des dernières décennies, le marché de la brique a connu des hauts et des bas. Après un boom de la construction dans les années 1990, le marché n’a cessé de s’effondrer. Le Groupe Unipor est passé de 40 entreprises membres à seulement huit aujourd’hui. Cependant, la crise financière de 2009 a ouvert des perspectives insoupçonnées. A cette époque, le «Baugold» a été redécouvert, pour ainsi dire, en raison de la faiblesse des taux d’intérêt et des risques boursiers, se souvient Thomas Fehlhaber, directeur général du groupe Unipor depuis 2003.

Un tiers du marché
Malgré la consolidation du marché, la brique reste le matériau de construction le plus utilisé pour les murs. Parmi tous les matériaux de construction de murs, il détient une part de marché de 33 % en Allemagne. Contrairement à la construction en bois, en acier ou en béton armé, la construction en maçonnerie utilise des roches sédimentaires naturelles ou des pierres artificielles comme les briques silico-calcaires, le béton poreux et léger, les briques d’argile et les autres. En Allemagne, la construction en maçonnerie représente jusqu’à 80 % du marché régional, dont 44 % que pour les seules briques.
Les briques cachées – ou comme on les appelle en Suisse: briques creuses –, Unipor ne les livre qu’occasionnellement aux pays voisins, comme le Tyrol du Sud ou le nord de la Suisse. Une coopération existe avec des usines suisses telles que Keller AG à Pfungen et la briqueterie de Rapperswil Louis Gasser AG. En collaboration avec ce dernier, Uni- por a développé un produit de maçonnerie rempli de matériau Einstein. Jusqu’à présent, les produits remplis n’ont toutefois été tra- vaillés qu’en petites quantités en Suisse, contrairement à l’Allemagne, où ils représentent déjà environ 50 % des murs extérieurs dans le secteur de la brique. «Nous partons du principe qu’en Allemagne, d’ici cinq ans, près de 80 à 90 % des murs extérieurs en briques seront probablement remplis, surtout dans la construction de logements», explique T. Fehlhaber, qui est convaincu que les produits remplis trouveront aussi un marché en Suisse.

...