«Une situation où tout le monde est gagnant»!

/

Alain Buchard fait partie de ces entrepreneurs qui n’ont pas peur de s’engager pour leurs collaborateurs. Alors que Joso Turkovic sortait d’un grave accident, il n’a pas hésité à lui offrir de nouvelles perspectives dans son entreprise pour lui permettre de se réinsérer professionnellement.

Pourquoi avoir offert de nouvelles perspectives professionnelles à M. Joso Turkovic?
Alain Buchard: M. Turkovic travaillait depuis plusieurs années déjà dans l’entreprise. Il a toujours montré beaucoup de motivation pour son travail, avant et après son accident. Un lien de confiance existait déjà entre lui et les dirigeants de l’entreprise. Il a dès lors été facile de collaborer ensemble à une réinsertion. De plus, M. Turkovic était d’accord de se reconvertir pour un poste différent de celui qu’il occupait avant son accident.

De quelle manière s’est déroulé le processus de décision?
Les conditions étaient réunies pour que le cas de M. Turkovic soit traité en interne. Il a d’abord eu la volonté de se remettre rapidement au travail. L’entreprise, quant à elle, a pu créer un poste qui n’existait pas vraiment mais qui a son utilité pour le bon fonctionnement de l’atelier. Enfin, les intervenants de la Suva ont compris les difficultés «physiques» rencontrées par M. Turkovic. Ils ont épaulé efficacement l’entreprise pour adapter la place de travail de l’ouvrier et ont été présents à chaque étape de la réinsertion.

Qu’est-ce qui est déterminant à vos yeux dans un tel processus de réinsertion?
La volonté de la personne en réinsertion est primordiale, mais également la possibilité de l’entreprise de l’occuper à un poste qui convienne à toutes les parties. Le soutien financier de la Suva est également un point important.

...