Comprendre l’écosystème de l’eau

Paolo D’Avino /

Frederik Hammes, directeur du groupe Microbiologie de l’eau potable et membre du Centre de compétence pour l’eau potable à l’Eawag Water de Dübendorf, mène des recherches fondamentales sur la qualité microbiologique de l’eau brute et de l’eau potable. Ceci pour qu’en Suisse, nous puissions continuer à profiter d’une eau potable hygiénique et propre.

L’hygiène de l’eau, est-ce un sujet sensible en Suisse?
Pas seulement en Suisse. L’eau nous concerne tous. Il n’y a pas de vie sans eau. C’est pourquoi il s’agit d’une question très sensible. L’eau contaminée peut avoir de graves conséquences pour la population, pour l’agriculture et pour les animaux. Par conséquent, nous devons tout entreprendre pour que notre eau soit hygiénique et propre.

Quand êtes-vous personnellement entré en contact avec de l’eau souillée?
Lors de mes dernières vacances de randonnée en Namibie. J’ai pris de l’eau de rivière non traitée, qui n’était probablement pas propre à cent pour cent. Peu après mon estomac a un peu grondé. Il s’agit d’un symptôme typique d’un contact avec de l’eau contaminée. Mais ce n’était pas si terrible. Le deuxième jour, les maux ont déjà disparu.

Vous travaillez au centre de compétence pour eau potable de l’Eawag à Dübendorf.
Que fait le Centre?

Nous cherchons des solutions pour assurer l’approvisionnement en eau potable. Nous faisons des recherches: de la source au robinet. Cela comprend l’évaluation des technologies de traitements telle que le traitement des eaux usées et le traitement de l’eau potable. Mon groupe se concentre surtout sur la recherche sur l’écosystème de l’eau potable et sur les facteurs qui influencent la qualité microbienne. Dans ce dernier cas, nous étudions, entre autres, les causes des bactéries pathogènes dans l’eau potable.

...